Nou Paradigma (1/8)

dilluns, 18/06/2018

Our modern civilization is likely to be confronted with the biggest paradigm shift in the perception of reality ever.

What if w e were not alone?

What if the hundreds of thousands of people

claiming to have seen unidentified flying ojects

in fact had been witnessing

extraterrestrial spacecraft?

What if the thousands of people all over the world

who tell about their

encounters with alien beings

through friendly contact

or even forced abductions were actually telling the truth?

What if our governments had

known about an ET presence for more than half a century?

If they were in possession

of alien technology that had the potential of

changing how our world is run and they chose to keep

the public in the dark through a secret campaign

of suppressed information?

What if that campaign acted

as a chain around the ankles

of humanity, keeping us from rising to a whole new level

of consciousness and understanding of ourselves,

our planet, and the universe around us?

And what if that campaign ended tomorrow?

 

– It’s one of these currents of history

that won’t be denied.

The truth is going to come out.

And when it does, it’s gonna be explosive.

– So once we get that out, we will go back and completely

reassemble the 20th century,

rewrite it in a way,

and may have to go back and rewrite a

significant portion of the entire last 12,000 years.

 

– This is the greatest story in human history.

And the reason it is the greatest story in human history,

it is the greatest story of human history.

 

– The world view portrayed in this statement

by renowned scientist Lord Kelvin in 1900,

was shattered only five years later when Albert Einstein published

his groundbreaking paper on special relativity.

The new theories challenged the current framework

of understanding and forced the scientific community

to open up to a broader view on the nature of reality.

 

This event of fundamental change, this paradigm shift,

came as a huge surprise to scholars at that time.

But today we have no problem following the string of breakthroughs leading

up to Einstein’s paper and the doorway

into the atomic age.

Lord Kelvin’s statement

bears with it the voice of paradigms past.

We knew that the earth was flat.

We knew that we were the

center of the universe.

And we knew that a

man-made, heavier than air

piece of machinery could not take flight.

 

Through all stages of human history,

intellectual authorities have pronounced their supremacy

by ridiculing or suppressing

elements of reality

that simply didn’t fit within the framework

of accepted knowledge.

 

The so-called father of modern science,

the Italian astronomer Galileo, was even convicted

by the Catholic Church and placed under house arrest

for life after publishing a book where he supported

the idea that the Earth was not the center of the universe.

His work was then banned and forbidden

for more than 200 years.

But are we really any different today?

Have we really changed our

acceptance towards the things

that won’t fit the frame?

Maybe there are concepts of our reality

we have yet to understand?

And if we open our eyes, maybe we will see

that something significant

has been overlooked.

(upbeat rock music)

(slow rock music)

(slow piano music)

– My name’s Nick Pope.

I worked for the Ministry of Defense,

a part of the British government, for 21 years.

And for much of the early 90s, I was responsible

for running their UFO project.

The Ministry of Defense has been investigating UFO sightings

since the 1950s and has about 12,000 reports

in its case files.

When I was doing the job in the 90s, I received about 200 or

300 reports each year.

– [Terje] In May 2008,

the British government

opened its first batch of UFO

files for public inspection.

The release, made available on the internet,

created an immense media and public interest,

with over two million downloads the first weeks.

Other nations had just recently opened their files

and more were to follow.

France, Belgium, Ireland, Denmark, Turkey, Brazil,

Argentina, Mexico.

The most amazing stories were revealed

of craft, UFO fleets, landings, and even ET entities being seen.

Often with multiple eyewitnesses involved.

Even if many of the reports could be explained

as aircraft, weather balloons, satellites, or planets, or a special weather phenomena,

still a large portion remained unexplained.

– It is clear to me, given that these things

are seen by police officers,

pilots, military personnel,

given that they are sometimes tracked on radar,

it is clear to me that whatever

the UFO phenomenon involves,

there are serious defense, national security,

and air safety issues at stake.

– The question if we are alone in the universe

is as old as man himself.

But now this question seems to be more pressing than ever.

Today science has discovered that many

of our neighboring stars have similar planet systems.

Over 500 planets have been registered so far.

Some scientists even claim that our galaxy alone

may have billions of planets with Earth-like conditions.

So the idea of us humans being

the only intelligent life in the universe seems

to be losing its grip.

Over the years, polls have shown that a rising number

of people believe in intelligent life elsewhere.

In many countries, far more than 50% of the population.

The question of extraterrestrial life

was also among the reasons

why the SETI project was established

back in the 1970s.

SETI stands for Search for Extraterrestrial Intelligence.

This project, still ongoing, is using large radio telescopes

at several locations on the globe to scan the cosmos

in search for electromagnetic transmissions

that could indicate intelligent life.

This is the radio telescope in Bologna, in Italy, one of the largest of its kind in Europe.

This enormously complex system of antennas

is able to detect even the weakest signals

from the universe.

And by interpreting these signals,

the scientists are able to learn a lot about the age

and the origin of the stars, the galaxies,

and the universe.

And perhaps also, detect signals from intelligent life.

 

– What we are looking for actually,

is not really a particular kind of signal.

We are just searching for something different

from the normal cosmic noise, so to say.

So we are not searching for a particular

transmission signals, but for example, it would be

enough to detect some signals

coming from their

communications, televisions,

if they do have televisions,

or cellular telephones, or things like that.

Well, we have recorded a

huge amount of data so far.

But unfortunately, we could not get any signal yet.

(dramatic piano music)

– [Terje] But has the research been done

for the right type of signals?

While we are looking for answers

inside the framework of our old paradigm,

civilizations maybe several

million years ahead of us

in technological sophistication,

may not transmit our type

of radio signals at all.

The most commonly used argument

against interstellar travel is the fact that even our

closest neighboring stars

are several light years away.

We have to move, 20, 30, or maybe 50 light years out

to find a substantial number of stars

where life may be possible.

With such distances and the speed of light

as a limit, the thought of

being visited from outside

has seemed impossible.

But new developments in physics

have redefined Einstein’s

relativity theory and opened for a new

view on this question.

 

– According to hadronic mechanics,

there is no problem with space travel

and not even with time travel.

Equations and the physical models,

concepts and relations

for explaining this, has been clear for

more than 10 years, in advanced hadronic mechanics.

(eerie music)

– So if there are civilizations thousands

or millions of years ahead of us,

distances within a

hundred light years

may not be a big obstacle.

And is this why mysterious

unidentified flying objects have been reported all over

the globe through centuries?

(eerie horn music)

 

What really made the UFO phenomenon known

to the public was what happened here in Washington

in the summer of 1952, when a series of UFO

observations were made during a period of two weeks.

 

Objects were traced on radar flying a thousand miles

per hour and they suddenly executed a 90 degree turn,

and other maneuvers that no aircraft could do even today.

 

– Military pilots were launched to chase these objects.

They got close enough to them to see

they were round balls of light or oval balls of light,

but they could not catch them.

 

– It forced the Air Force to have a press

conference on this.

What is going on?

And during the press conference, the general,

General Sanford who was in charge of Air Force Intelligence,

basically argued that as far as he was concerned,

it was all natural phenomena and that there wasn’t

anything to worry about.

So the press, being satisfied with that,

publicized it was all weather,

temperature inversions,

and weather phenomena, that

were causing these sightings

and you could forget all about ‘em.

 

A Navy officer, who was working

in Air Force Intelligence,

told an FBI person, that several percent of the

sightings could not be explained and that the top Air Force people,

some of them were seriously considering interplanetary ships

as the explanation.

Antoni Ribera i Jordà, 24-08-89

dissabte, 16/06/2018

Antoni Ribera i Jordà (Barcelona, 15 de gener de 1920 – La Garriga, Vallès Oriental, 24 de setembre de 2001) fou un escriptor, investigador i ufòleg català.

Jesús Jofre Milá, Roses -1971

dijous, 14/06/2018

————————————-
Gairebé la meitat dels humans creuen en la vida alienígena i voldrien contactar amb éssers d’altres planetes segons va revelar un sondeig realitzat en 24 països per Glocalities.
El 47 per cent de més de 26.000 persones consultades creu “en l’existència de civilitzacions extraterrestres intel·ligents en l’univers”, mentre que un 61 per cent va respondre “sí” a la pregunta sobre si creien que hi havia “alguna forma de vida en altres planetes”.
Les persones que creuen en l’existència de civilitzacions alienígenes intel·ligents no són, doncs, una minoria marginal.

Le soggettività

dimecres, 13/06/2018

La giustizia ha consentito di superare la vendetta, ma quando entrano in gioco le soggettività, il conflitto è terrificante. Le guerre di religione sono peggiori delle guerre di profitto, perché nelle prime sono in gioco le soggettività collettive, mentre in quelle commerciali si riesce a trovare sempre un accordo, perché in gioco c’è il valore delle cose. Il pensiero calcolante è quello che ci ha portato fuori dal conflitto della soggettività, dalle sfide collettive; è quello che ci ha portato in un’equivalenza di rapporti misurati sulle cose. Il problema è di sapere se questa qualità di pensiero diventa dominante.

   UMBERTO GALIMBERTI, Critica del pensiero calcolante

Revisions constitucionals?

dimarts , 12/06/2018

Parmi les modifications proposées par la Commission des Institutions et de la Révision constitutionnelle (ci-après la « commission »), il y a lieu de relever, notamment :

  • Le Chapitre 1er. – De l’Etat, de son territoire et de ses habitants regroupe les éléments qui caractérisent l’Etat luxembourgeois, à savoir sa forme politique, la souveraineté, le chef de l’Etat, le territoire et les dispositions sur la nationalité.Ce texte innove sur deux points : d’une part, la monarchie est expressément inscrite dans la Constitution afin d’informer le lecteur dès le début sur le régime politique du Luxembourg et, d’autre part, par référence à d’autres constitutions européennes, les symboles de l’Etat sont évoqués dans la Constitution. Il s’agit du régime linguistique, de l’emblème national qui est le drapeau tricolore rouge, blanc, bleu, des armoiries et de l’hymne national.
  • Le Chapitre 2. – Des droits et libertés a trait aux libertés publiques et aux droits fondamentaux des citoyens.

Il est proposé d’y énumérer explicitement, entre autres, l’inviolabilité de la dignité humaine, la prohibition de la torture et des peines ou traitements inhumains et dégradants et l’obligation de moyens de l’Etat visant à veiller à ce que toute personne puisse vivre dignement et disposer d’un logement approprié.

La nouvelle Constitution contient une « clause transversale » disposant que toute limitation de l’exercice des droits fondamentaux, des libertés publiques et des droits du justiciable prévus par la Constitution par le biais de sources de droits subalternes doit respecter le contenu essentiel desdits droits et libertés.

  • Le Chapitre 3. – Du Grand-Duc regroupe sous une première section les dispositions ayant trait au Chef de l’Etat et sous une deuxième section celles concernant la monarchie constitutionnelle, à savoir : la succession au trône, la régence et la lieutenance.

Force est de constater que la formule surannée de « prérogatives » du Grand-Duc est abandonnée afin de souligner que le Chef de l’Etat ne dispose pas d’un pouvoir discrétionnaire d’agir ou de ne pas agir dans le cadre des compétences qui lui sont attribuées. Ses attributions sont bel et bien des charges résultant de sa fonction. Comme son rôle institutionnel est défini et limité par la Constitution, il s’agit de l’exercice d’une compétence liée.

Au regard de la théorie des compétences liées, la commission considère qu’il faut introduire dans la future Constitution, à l’instar des Constitutions suédoise et néerlandaise, un article relatif aux conséquences à tirer dans le cas où le Chef de l’Etat ne remplit pas ses attributions constitutionnelles.

  • Le Chapitre 4. – De la Chambre des Députés prévoit, en dehors de plusieurs adaptations mineures, quelques modifications plus importantes :

– quant aux incompatibilités, la commission est d’avis qu’il vaut mieux recourir à une formulation générale plutôt que d’énumérer les incompatibilités afin d’éviter le risque de ne pas être exhaustif. Dans un souci de sécurité juridique, la commission propose toutefois d’inscrire l’incompatibilité entre le mandat de député européen et le mandat de parlementaire national dans la nouvelle Constitution ;

– aux yeux de la commission, l’organisation de la Chambre des Députés en sessions n’a plus de sens. Selon la conception nouvelle, la législature fonctionne de manière continue et n’est partant plus interrompue par des sessions, de sorte que tant la Constitution que le Règlement de la Chambre des Députés doivent faire abstraction de l’évocation de la subdivision de la période législative en sessions ;

– la notion de « dissolution » de la Chambre des Députés est supprimée et remplacée par celle d’ « élections anticipées ». Il est prévu que le Chef de l’Etat peut, sous certaines conditions, fixer des élections anticipées. A noter, qu’aucune élection anticipée ne peut avoir lieu dans l’année qui suit une élection ;

– en ce qui concerne les pouvoirs de l’ancienne Chambre des Députés entre le jour des élections et l’assermentation des députés nouvellement élus, il est précisé, dans un souci de sécurité juridique, que celle-ci reste entièrement en fonction et garde tous ses pouvoirs jusqu’au jour où les députés nouvellement élus seront assermentés ;

– l’initiative législative citoyenne est inscrite dans la nouvelle Constitution : des électeurs peuvent prendre l’initiative de transmettre à la Chambre des Députés une proposition motivée aux fins de légiférer ;

– le droit d’enquête de la Chambre des Députés est modifié en ce sens qu’une commission d’enquête doit être instituée à la demande d’un tiers au moins des députés.

  • Le Chapitre 5. – Du Gouvernement fait l’objet d’une modification d’ensemble. A relever que la motion de censure votée à l’initiative de la Chambre des Députés est mentionnée de façon formelle dans la Constitution au même titre que la possibilité du Gouvernement d’engager sa responsabilité politique dès son entrée en fonction.
  • Le Chapitre 6. – Du Conseil d’Etat est complété par des dispositions concernant la procédure législative.
  • Le Chapitre 7. – De la Justice prévoit, en-dehors de quelques adaptations de texte, quelques modifications plus importantes :

– l’indépendance des magistrats du siège et du ministère public est énoncée dans la nouvelle Constitution ;

– l’instauration d’une Cour suprême au sommet de la hiérarchie judiciaire visant à aboutir à une simplification de l’organisation judiciaire est prévue. Elle est censée remplacer la Cour supérieure de Justice et la Cour constitutionnelle, qui disparaîtront ;

– la création d’un Conseil national de Justice qui agit en toute indépendance des pouvoirs législatif et exécutif est prévue. Il aura la double mission de veiller à l’indépendance des autorités judiciaires et à une bonne administration de la Justice ;

– il est proposé de régler la question des conséquences d’un arrêt de la future Cour suprême statuant en tant que juge constitutionnel dans la nouvelle Constitution.

  • Pour le Chapitre 8. – De certaines dispositions relatives à l’administration de l’Etat, il y a lieu de noter tout particulièrement l’extension de l’intervention du législateur à l’aliénation et à l’acquisition de biens mobiliers pour le compte de l’Etat et de relever la nouvelle section 3 relative aux relations entre l’Etat et les communautés religieuses introduisant les principes de séparation, de neutralité et d’impartialité de l’Etat dans la nouvelle Constitution.

La nouvelle Constitution continue à régler les relations entre l’Etat et les communautés religieuses. L’obligation pour l’Etat de prendre en charge les traitements et pensions des ministres des cultes est toutefois supprimée.

  • Le Chapitre 9. – Des établissements publics de l’Etat et des organes professionnels vise, entre autres, à traiter la question du pouvoir réglementaire des établissements publics et des organes des professions libérales. Par ailleurs, il est proposé d’y évoquer également la création de chambres professionnelles et l’existence de professions réglementées.
  • Pour le Chapitre 10. – Des communes, il convient de relever la proposition de texte prévoyant l’obligation pour l’Etat de faire en sorte que les collectivités territoriales disposent de moyens adéquats pour s’acquitter de leurs missions.
  • Le Chapitre 11. – De la révision de la Constitution reprend les dispositions relatives à la procédure de révision de la Constitution.
  • Le Chapitre 12. – Des dispositions finales regroupe les dispositions transitoires à prévoir en vue d’un passage souple du régime constitutionnel en place vers la nouvelle Constitution ainsi que les dispositions abrogeant la Constitution actuelle et déterminant l’entrée en vigueur de la nouvelle Constitution.

    5967-2.pdf 

Canvis constitucionals?

dilluns, 11/06/2018

Read the rest of this entry »

Vérité et mensonge, resum

diumenge, 10/06/2018

Vérité et mensonge au sens extra-moral

Il y eut une fois, dans un recoin éloigné de l’univers répandu en d’innombrables systèmes solaires scintillants, un astre sur lequel des animaux intelligents inventèrent la connaissance. Ce fut la plus orgueilleuse et la plus mensongère minute de l'” histoire universelle “. Une seule minute, en effet. La nature respira encore un peu et puis l’astre se figea dans la glace, les animaux intelligents durent mourir. – Une fable de ce genre, quelqu’un pourrait l’inventer, mais cette illustration resterait bien au-dessous du fantôme misérable, éphémère, insensé et fortuit que constitue l'[intelligence humaine] au sein de la nature. Des éternités durant [elle] n’a pas existé ; et lorsque c’en sera fini d’[elle], il ne se sera rien passé de plus. Car [cette intelligence] ne remplit aucune mission au-delà de l’humaine vie. [Elle] n’est qu’humaine, et seul son possesseur et producteur le considère avec [amour], comme s’il renfermait le pivot du monde. Or, si nous pouvions comprendre la mouche, nous saurions qu’elle aussi nage à travers l’air avec [cet amour] et ressent en soi le centre volant de ce monde.

[«La vérité» est une invention de l’intelligence qui détermine ce qui est valable de dire sur les choses, et le langage donne aussi les premières lois à la vérité: car le contraste entre vérité et mensonge se produit dans le langage].

Le menteur utilise les mots, pour faire apparaître l’irréel comme réel ; il dit par exemple : “je suis riche” alors que “pauvre” serait pour son état la désignation correcte. Il maltraite les conventions établies par des substitutions arbitraires et même des inversions de noms. S’il fait cela par intérêt et en plus d’une façon nuisible, la société lui retirera sa confiance et du même coup l’exclura. Ici les hommes ne craignent pas tant le fait d’être trompés que le fait qu’on leur nuise par cette tromperie : a ce niveau-là aussi, ils ne haïssent pas au fond l’illusion, mais les conséquences pénibles et néfastes de certains genres d’illusions. Une restriction analogue vaut pour l’homme qui veut seulement la vérité : il désire les conséquences agréables de la vérité, celles qui conservent la vie ; face à la connaissance sans conséquence il est indifférent, et à l’égard des vérités destructrices il est même hostile. Et qu’en est-il du langage ? [Est-il le] témoignage de la connaissance, du sens de la vérité ? Les mots et les choses coïncident-ils? Le langage est-il l’expression adéquate de toutes les réalités ?

Qu’est-ce qu’un mot ? La représentation sonore d’une excitation nerveuse. Mais conclure d’une excitation nerveuse à une cause extérieure à nous, c’est déjà le résultat d’une application fausse et injustifiée. Comment aurions-nous le droit, si la vérité avait été seule déterminante dans l’[apparition] du langage, de dire : la pierre est dure – comme si « dure » nous était encore connu autrement et pas seulement comme une excitation toute subjective [et personnelle]! Nous classons les choses selon les genres, nous désignons l’arbre comme masculin, la plante comme féminine : quelles transpositions arbitraires ! Nous parlons d’un « serpent » : [le mot pourrait] convenir aussi au ver. […] Comparées entre elles, les différentes langues montrent qu’on ne parvient jamais par les mots à la vérité, ni à une expression adéquate : sans cela, il n’y aurait pas de si nombreuses langues. La [«vérité»] est complètement insaisissable. [Elle] désigne seulement les relations des choses aux hommes et s’aide pour [pour cela] de métaphores. Transposer d’abord une excitation nerveuse en une image ! Première métaphore. L’image à nouveau transformée en un son articulé! Deuxième métaphore. Et chaque fois le saut est un passage complet d’une sphère à une autre autre. […] Nous croyons savoir quelque chose des choses elles-mêmes quand nous parlons d’arbres, de couleurs, de neige et de fleurs, et nous ne possédons cependant rien que des métaphores des choses, qui ne correspondent pas du tout aux [choses].

Pensons à la formation des concepts. Tout mot devient concept par le fait qu’il […] doit servir pour des expériences innombrables, plus ou moins [ressemblantes], c’est-à-dire jamais identiques. Tout concept naît de l’identification du non-identique. Aussi certainement qu’une feuille n’est jamais tout à fait identique à une autre, aussi certainement le concept feuille a été formé grâce à l’abandon délibéré de ces différences individuelles, grâce à un oubli des caractéristiques, et il éveille alors la représentation, comme s’il y avait dans la nature, en dehors des feuilles, quelque chose qui serait « la feuille ». […]

Qu’est-ce donc que la vérité ? Une multitude de métaphores, une somme de relations humaines qui ont été poétiquement faussées, transposées, et qui, après un long usage, semblent fermes: les vérités sont les illusions dont on a oublié qu’elles le sont, des métaphores qui ont été usées et qui ont perdu leur force […].

 

Texte préparé par Mathieu Gagnon et Élisabeth Couture

Vérité et mensonge, Nietzsche

dissabte, 9/06/2018

Nietzsche – Vérité et mensonge au sens extra-moral

 

Traduit par Michel Haar et Marc B. de Launay

Au détour de quelque coin de l’univers inondé des feux d’innombrables systèmes solaires, il y eut un jour une pla­nète sur laquelle des animaux intelligents inventèrent la connaissance. Ce fut la minute la plus orgueilleuse et la plus mensongère de l’« histoire universelle », mais ce ne fut cependant qu’une minute. Après quelques soupirs de la nature, la planète se congela et les animaux intelligents n’eurent plus qu’à mourir[1].

Telle est la fable qu’on pourrait inventer, sans parvenir à mettre suffisamment en lumière l’aspect lamentable, flou et fugitif, l’aspect vain et arbitraire de cette exception que constitue l’intellect humain au sein de la nature. Des éternités ont passé d’où il était absent ; et s’il disparaît à nouveau, il ne se sera rien passé. Car il n’y a pas pour cet intellect de mission qui dépasserait le cadre d’une vie humaine. Il est au contraire bien humain, et seul son posses­seur et son créateur le traite avec autant de passion que s’il était l’axe autour duquel tournait le monde. Si nous pouvions comprendre la mouche, nous nous apercevrions qu’elle évolue dans l’air animée de cette même passion et qu’elle sent avec elle voler le centre du monde. Il n’est rien de si méprisable et de si insignifiant dans la nature qui ne s’enfle aussitôt comme une outre au moindre effluve de cette force du connaître, et de même que tout portefaix veut aussi avoir son admirateur, l’homme le plus fier, le philo­sophe, s’imagine lui aussi avoir les yeux de l’univers braqués comme un télescope sur son action et sa pensée[2].

Il est remarquable que l’intellect soit responsable de cette situation, lui qui pourtant n’a été donné que pour servir précisément d’auxiliaire aux êtres les plus défavorisés, les plus vulnérables et les plus éphémères, afin de les maintenir en vie l’espace d’une minute — existence qu’ils auraient tout lieu de fuir sans cette aide reçue, aussi vite que le fils de Lessing[3]. Cet orgueil lié à la connaissance et à la perception, brouillard aveuglant le regard et les sens des hommes, les trompe sur la valeur de l’existence dans la mesure où il s’accompagne de l’appréciation la plus flatteuse sur la connaissance elle-même. Son effet le plus courant est l’illusion ; mais ses effets les plus circonstanciés impliquent aussi quelque chose du même ordre.

En tant que moyen de conservation de l’individu[4], l’intellect déploie l’essentiel de ses forces dans la dissimulation car elle est le moyen de conservation des individus glus faibles et moins robustes, dans la mesure où il leur est impossible d’affronter une lutte pour l’existence munis de cornes ou d’une mâchoire acérée de carnassier. C’est chez l’homme que cet art de la dissimulation atteint son point culminant : l’illusion, la flagornerie, le mensonge et la tromperie, la calomnie, l’ostentation, le fait de parer sa vie d’un éclat d’emprunt et de porter le masque, le voile de la convention, le fait de jouer la comédie devant les autres et devant soi-même, bref, le perpétuel badinage qui partout folâtre pour le seul amour de la vanité sont chez lui à tel point la règle et la loi qu’il n’est presque rien de plus inconcevable que l’apparition, chez les hommes, d’un instinct de vérité honnête et pur. Ils sont profondément plongés dans les illusions et les rêves, leur regard ne fait que glisser à la surface des choses et ne voit que des « formes » leur perception ne conduit en aucune manière à la vérité, mais se borne à recevoir des excitations et joue en quelque sorte à tâtons dans le dos des choses. En outre, durant toute sa vie, l’homme se laisse tromper la nuit par ses rêves sans que jamais son sens moral ne cherche à l’en empêcher, alors qu’il doit bien y avoir des hommes qui, à force de volonté, ont réussi à se débarrasser du ronflement. Mais que sait en vérité l’homme de lui-même ? Et même, serait-il seulement capable de se percevoir lui-même, une bonne fois dans son entier, comme exposé dans une vitrine illuminée ? La nature ne lui dissimule-t-elle pas la plupart des choses, même en ce qui concerne son propre corps, afin de le retenir prisonnier d’une conscience fière et trompeuse, à l’écart des replis de ses intestins, à l’écart du cours précipité du sang dans ses veines et du jeu complexe des vibrations de ses fibres ! Elle a jeté la clef ; et malheur à la curiosité fatale qui parviendrait un jour à entrevoir par une fente ce qu’il y a à l’extérieur de cette cellule qu’est la conscience, et ce sur quoi elle est bâtie, devinant alors que l’homme repose, indifférent à son ignorance sur un fond impitoyable, avide, insatiable et meurtrier, accroché à ses rêves en quelque sorte comme sur le dos d’un tigre. Dans ces conditions, y a-t-il au monde un lieu d’où surgirait l’instinct de vérité ?

Pour autant que l’individu tient à se conserver face à d’autres individus, il n’utilise son intelligence le plus souvent qu’aux fins de la dissimulation, dans l’état de nature. Mais dans la mesure où l’homme à la fois par nécessité et par ennui veut vivre en société et en troupeau, il lui est nécessaire de conclure la paix et de faire en sorte, conformément à ce traité, qu’au moins l’aspect le plus brutal du bellum omnium contra omnes disparaisse de son monde. Or ce traité de paix apporte quelque chose comme un premier pas en vue de cet énigmatique instinct de vérité. En effet, ce qui désormais doit être la « vérité » est alors fixé, c’est-à-dire qu’il est découvert une désignation uniformément valable et contraignante des choses, et que la législation du langage donne aussi les premières lois de la vérité car à cette occasion et pour la première fois apparaît une opposition entre la vérité et le mensonge. Le menteur utilise les désignations pertinentes, les mots, pour faire apparaître réel l’irréel ; il dit par exemple : « je suis riche », alors que pour qualifier son état c’est justement « pauvre » qui serait la désignation correcte. Il mésuse des conventions établies en opérant des substitutions arbitraires ou même en inversant les noms. S’il agit ainsi de façon intéressée et de plus préjudiciable, la société ne lui fera plus confiance et par là même l’exclura. En l’occurrence, les hommes fuient moins le mensonge que le préjudice provoqué par un mensonge. Fondamentalement, ils ne haïssent pas l’illusion mais les conséquences fâcheuses et néfastes de certains types d’illusions. C’est seulement dans ce sens ainsi restreint que l’homme veut la vérité. Il désire les suites favorables de la vérité, celles qui conservent l’existence ; mais il est indifférent à l’égard de la connaissance pure et sans conséquence, et il est même hostile aux vérités qui peuvent être préjudiciables ou destructrices. Mais d’ailleurs, qu’en est-il de ces conventions du langage ? Sont-elles d’éventuels produits de la connaissance, et du sens de la vérité ? Les choses et leurs désignations coïncident-elles ? Le langage est-il l’expression adéquate de toute réalité ?

Ce n’est jamais que grâce à sa capacité d’oubli que l’homme peut en arriver à s’imaginer posséder une vérité au degré que nous venons justement d’indiquer. S’il refuse de se contenter d’une vérité sous forme de tautologies, c’est-à-dire de cosses vides, il échangera éternellement des illusions contre des vérités. Qu’est-ce qu’un mot ? La transposition sonore d’une excitation nerveuse. Mais conclure d’une excitation nerveuse à une cause première extérieure à nous, c’est déjà ce à quoi aboutit une application fausse et injustifiée du principe de raison. Si la vérité avait été seule déterminante dans la genèse du langage et si le point de vue de la certitude l’avait été quant aux désignations, comment aurions-nous alors le droit de dire : « Cette pierre est dure » comme si nous connaissions le sens de « dur » par ailleurs et qu’il n’était pas seulement une excitation totalement subjective ! Nous classons les choses d’après des genres, nous désignons l’arbre comme masculin et la plante comme féminine : quelles transpositions arbitraires ! À quel point sommes-nous éloignés du canon de la certitude ! Nous parlons d’un serpent : la désignation n’atteint que le fait de se contorsionner et pourrait donc convenir au ver également. Quelles délimitations arbitraires, quelle partialité que de préférer tantôt l’une, tantôt l’autre des propriétés d’une chose ! Comparées entre elles, les différentes langues montrent que les mots ne parviennent jamais à la vérité ni à une expression adéquate ; s’il en était autrement, il n’y aurait pas en effet un si grand nombre de langues. La « chose en soi » (qui serait précisément la vérité pure et sans conséquence) reste totalement insaisissable et absolument indigne des efforts dont elle serait l’objet pour celui qui crée un langage. Il désigne seulement les rapports des hommes aux choses, et pour les exprimer il s’aide des métaphores les plus audacieuses. Transposer une excitation nerveuse en une image ! Première métaphore. L’image à son tour transformée en un son ! Deuxième métaphore. Et chaque fois, saut complet d’une sphère à une autre, tout à fait différente et nouvelle. Imaginons un homme qui soit tout à fait sourd et n’ait jamais perçu de son ou de musique : de même qu’il s’étonne sans doute des figures acoustiques de Chladni[5] formées par le sable, découvre leur cause dans la vibration des cordes et jurera alors au vu de cette découverte qu’il ne saurait ignorer désormais ce que les hommes appellent les sons, ainsi en va-t-il pour nous tous en ce qui concerne le langage. Nous croyons posséder quelque savoir des choses elles-mêmes lorsque nous parlons d’arbres, de couleurs, de neige et de fleurs, mais nous ne possédons cependant rien d’autre que des métaphores des choses, et qui ne correspondent absolument pas aux entités originelles. Comme le son en tant que figure de sable, l’x énigmatique de la chose en soi est d’abord saisi comme excitation nerveuse puis comme image, comme son articulé enfin. La genèse du langage ne suit en tout cas pas une voie logique, et l’ensemble des matériaux qui sont par la suite ce sur quoi et ce à l’aide de quoi l’homme de la vérité, le chercheur, le philosophe travaille et construit, s’il ne provient pas de Sirius[6], ne provient en tout cas pas non plus de l’essence des choses.

Pensons encore une fois plus particulièrement à la formation des concepts : tout mot devient immédiatement concept dans la mesure où il n’a précisément pas à rappeler en quelque sorte[7] l’expérience originelle unique et absolument singulière à qui il est redevable de son apparition, mais où il lui faut s’appliquer simultanément à d’innombrables cas, plus ou moins analogues, c’est-à-dire à des cas qui ne sont jamais identiques à strictement parler, donc à des cas totalement différents. Tout concept surgit de la postulation de l’identité du non-identique. De même qu’il est évident qu’une feuille n’est jamais tout à fait identique à une autre, il est tout aussi évident que le concept feuille a été formé à partir de l’abandon de ces caractéristiques particulières arbitraires, et de l’oubli de ce qui différencie un objet d’un autre. Il fait naître l’idée qu’il y aurait dans la nature, indépendamment des feuilles, quelque chose comme la « feuille », une forme en quelque sorte originelle, d’après laquelle toutes les feuilles seraient tissées, dessinées, découpées, colorées, plissées, peintes, mais par des mains si malhabiles qu’aucun exemplaire n’en sortirait assez convenable ni fidèle pour être une copie conforme de l’original. Nous disons d’un homme qu’il est honnête ; nous nous demandons pourquoi il a agi aujourd’hui si honnêtement. Nous répondons communément : c’est à cause de son honnêteté. L’honnêteté ! Ce qui signifie à nouveau que la feuille est la cause des feuilles. Et nous ne savons même absolument rien d’une qualité essentielle qui s’appellerait l’honnêteté, mais nous connaissons pourtant de très nombreuses actions individualisées et par conséquent dissemblables que nous postulons identiques en écartant ce qui les différencie, et que nous désignons alors comme des actions honnêtes, à partir desquelles pour finir nous formulons une qualitas occulta sous le terme : l’honnêteté.

L’omission du particulier et du réel nous donne le concept comme elle nous donne aussi la forme, là où par contre la nature ne connaît ni formes ni concepts et donc aucun genre, mais seulement un x pour nous inaccessible et indéfinissable. Car l’opposition que nous introduisons entre l’individu et l’espèce est elle aussi anthropomorphique, et ne provient pas de l’essence des choses, quand bien même nous ne nous risquerions pas à dire que cette opposition ne correspond pas à l’essence des choses ; ce serait en effet une affirmation dogmatique et, en tant que telle, elle serait tout aussi indémontrable que la proposition contraire.

Qu’est-ce donc que la vérité ? Une multitude mouvante de métaphores, de métonymies, d’anthropo­morphismes, bref une somme de relations humaines qui ont été rehaussées, transposées, et ornées par la poésie et par la rhétorique, et qui après un long usage paraissent établies, canoniques et contraignantes aux yeux d’un peuple :les vérités sont des illusions dont on a oublié qu’elles le sont, des métaphores usées qui ont perdu leur force sensible, des pièces de monnaie qui ont perdu leur effigie et qu’on ne considère plus désormais comme telles mais seulement comme du métal. Nous ne savons toujours pas d’où provient l’instinct de vérité car jusqu’à présent nous n’avons entendu parler que de la contrainte qu’impose la société comme une condition de l’existence : il faut être véridique, c’est-à-dire employer les métaphores usuelles ; donc, en termes de morale, nous n’avons entendu parler, que de l’obligation de mentir selon une convention établie, de mentir en troupeau dans un style que tout le monde est contraint d’employer. À vrai dire, l’homme oublie alors que telle est sa situation. Il ment donc inconsciemment de la manière qu’on vient d’indiquer, se conformant à des coutumes centenaires… et c’est même par celle inconscience-là, par cet oubli qu’il en arrive au sentiment de la vérité. À éprouver ce sentiment d’être obligé de désigner une chose comme rouge, une autre comme froide, une troisième comme muette, s’amorce un élan moral qui s’oriente vers la vérité, et, par opposition au menteur à qui personne n’accorde foi et que tous excluent, l’homme se persuade de la dignité, de la fiabilité et de l’utilité de la vérité. En tant qu’être raisonnable, il soumet alors son comportement au pouvoir des abstractions ; il n’a plus à souffrir d’être emporté par des impressions soudaines et des intuitions, il généralise d’abord toutes ces impressions en des concepts plus froids et plus exsangues afin d’y rattacher la conduite de sa vie et de son action. Tout ce qui élève l’homme au-dessus de l’animal dépend de cette capacité de faire disparaître les métaphores intuitives dans un schéma, autrement dit de dissoudre une image dans un concept. Dans le domaine de ces schémas, il est possible de réussir ce à quoi on ne pouvait jamais parvenir soumis qu’on était aux premières impressions intuitives : à édifier une pyramide logique ordonnée selon des divisions et des degrés, à instaurer un nouveau monde de lois, de préséances, de subordinations et de délimitations, qui s’oppose dès lors à l’autre monde, le monde intuitif des premières impressions, comme étant mieux établi, plus général, mieux connu, plus humain, et, pour cette raison, comme une instance régulatrice et impérative. Tandis que toute métaphore de l’intuition est particulière et n’a pas sa pareille, qu’elle sait donc toujours échapper à toute classification, le grand édifice des concepts présente la stricte régularité d’un columbarium romain, et de cet édifice émanent dans la logique cette rigueur et cette froideur qui sont le propre des mathématiques. Qui est imprégné de cette froideur aura peine à croire que même le concept – dur comme l’os et cubique comme un dé, comme lui interchangeable – finisse par n’être cependant que le résidu d’une métaphore, et que l’illusion propre à une transposition esthétique d’une excitation nerveuse en images, si elle n’est pas la mère, soit cependant la grand-mère d’un tel concept. Mais dans ce jeu de dés des concepts, on appelle « vérité » le fait d’utiliser chaque dé selon sa désignation, de compter exactement ses points, de former des rubriques correctes et de ne jamais pécher contre l’ordonnance des divisions et contre la série ordonnée des classifications. De même que les Romains et les Étrusques ont divisé le ciel selon des lignes mathématiques strictes et ont assigné cet espace ainsi délimité comme un templum à un dieu, tout peuple possède ainsi un ciel conceptuel semblable, et qui le surplombe ; l’exigence de la vérité signifie alors pour lui que tout concept, à l’instar d’un dieu, ne soit cherché que dans sa sphère propre. On peut bien sur ce point admirer l’homme pour le puissant génie de l’architecture qu’il est : il réussit à ériger un dôme conceptuel infiniment compliqué sur des fondations mouvantes, en quelque sorte sur de l’eau courante. À vrai dire, pour trouver un point d’appui sur de telles fondations, il ne peut s’agir que d’une construction semblable aux toiles d’araignée, si fine qu’elle peut suivre le courant du flot qui l’emporte, si résistante qu’elle ne peut être dispersée au gré du vent. En tant que génie de l’architecture, l’homme surpasse de beaucoup l’abeille : celle-ci construit avec la cire qu’elle récolte dans la nature, l’homme avec la matière bien plus fragile des concepts qu’il est obligé de fabriquer par ses seuls moyens. L’homme est en cela bien digne d’être admiré-mais non pour son instinct de vérité, ou la connaissance pure des choses. Si quelqu’un dissimule quelque chose derrière un buisson, puis le cherche à cet endroit précis et finit par le trouver, il n’y a pas grand lieu de se glorifier de cette recherche et de cette découverte. Mais c’est pourtant ce qui se passe lors de la recherche et de la découverte de la « vérité » dans le domaine que délimite la raison. Lorsque je donne la définition du mammifère et qu’après avoir examiné un chameau je déclare : voici un mammifère, une vérité a certes bien été mise au jour, mais sa valeur est limitée ; je veux dire par là qu’elle est anthropomorphique de part en part et quelle ne contient aucun point qui fût « vrai en soi », réel et universel, indépendamment de l’homme. Celui qui est à la recherche de telles vérités ne cherche au fond que la métamorphose du monde dans l’homme ; il lutte pour parvenir à une compréhension du monde en tant que chose humaine, et conquiert dans le meilleur des cas le sentiment d’une assimilation. Semblable à l’astrologue aux yeux de qui les étoiles sont au service des hommes et en rapport avec leur bonheur ou leur malheur, un tel chercheur considère le monde entier comme lié aux hommes, comme l’écho toujours déformé d’une voix originelle, celle de l’homme, et comme la copie multipliée et diversifiée d’une image originelle, celle de l’homme. Sa méthode consiste en ceci : prendre l’homme comme mesure de toutes choses ; mais ainsi, il part de l’erreur qui consiste à croire que les choses lui seraient données immédiatement en tant que purs objets. Il oublie donc que les métaphores originelles de l’intuition sont des métaphores, et les prend pour les choses mêmes.

C’est seulement l’oubli de ce monde primitif des métaphores, c’est seulement le durcissement et la sclérose d’un flot d’images qui surgissait à l’origine comme un torrent bouillonnant de la capacité originelle de l’imagination humaine, c’est seulement la croyance invincible que ce soleil, cette fenêtre, cette table sont des vérités en soi, bref c’est seulement le fait que l’homme oublie qu’il est un sujet et certes un sujet agissant en créateur et en artiste qui lui permet de vivre en bénéficiant de quelque paix, de quelque sécurité et de quelque logique. S’il pouvait un instant franchir ne serait-ce que les murs de cette croyance qui l’emprisonne, c’en serait aussitôt fait de sa a conscience de soi n. Il lui en coûte déjà assez de reconnaître à quel point l’insecte ou l’oiseau perçoivent un monde tout autre que celui de l’homme, et de s’avouer que la question de savoir laquelle des deux perceptions est la plus juste est tout à fait absurde puisque y répondre nécessiterait d’abord qu’on les mesurât selon le critère de la perception juste, c’est-à-dire selon un critère dont on ne dispose pas. Mais il me semble avant tout que la perception juste – ce qui signifierait l’expression adéquate d’un objet dans le sujet est une absurdité pleine de contradictions : car entre deux sphères absolument distinctes comme le sujet et l’objet, il n’y a aucun lien de causalité, aucune exactitude, aucune expression possibles, mais tout au plus un rapport esthétique, c’est-à-dire à mon sens une transposition approximative, une traduction balbutiante dans une langue tout à fait étrangère. Mais cela nécessite en tout cas une sphère intermédiaire et une force auxiliaire où la création et la découverte puissent s’opérer librement. Le mot phénomène recèle bien des séductions, c’est pourquoi j’évite de l’employer le plus possible car il n’est pas vrai que l’essence des choses se manifeste dans le monde empirique. Un peintre qui serait manchot et voudrait exprimer par le chant le tableau qu’il projette de peindre en dira toujours bien plus en passant d’une sphère à l’autre que n’en révèle le monde empirique sur l’essence des choses. Et même la relation entre une excitation nerveuse et l’image produite n’est en soi rien de nécessaire ; mais si précisément cette même image est reproduite des millions de fois et si de nombreuses générations d’hommes se la lèguent, enfin surtout si elle apparaît à l’ensemble de l’humanité chaque fois à la même occasion, elle finit par acquérir, pour l’homme, la même signification que si elle était l’unique image nécessaire, et que si cette relation entre l’excitation nerveuse d’origine et l’image produite était une relation de stricte causalité. De même, un rêve éternellement recommencé serait éprouve et jugé absolument comme une réalité. Mais le durcissement et la sclérose d’une métaphore ne donnent absolument aucune garantie quant à la nécessité et à la légitimation exclusive de cette métaphore.

Tout homme familier de telles considérations a évidemment éprouvé une méfiance profonde à l’égard de tout idéalisme de ce type, chaque fois qu’il s’est bien clairement persuadé de la logique, de l’universalité et de l’infaillibilité éternelles des lois de la nature, et il en a tiré cette conclusion : là tout est si certain, si élaboré, si infini, si réglé, si dépourvu de faille, aussi loin que portent nos regards – grâce au télescope vers les hauteurs du monde, grâce au microscope vers ses profondeurs. La science aura toujours matière à exploiter ce puits avec profit, et tout ce qu’elle aura trouvé concordera sans se contredire. Combien peu cela ressemble à un produit de l’imagination, car s’il en était ainsi, il faudrait pourtant bien que quelque part l’illusion et l’irréalité qui lui sont propres se révèlent. Ce contre quoi il faut d’abord dire ceci : si nous avions chacun de notre côté une perception sensible de nature différente, nous ne pourrions nous-même percevoir que tantôt comme un oiseau, tantôt comme un ver de terre, tantôt comme une plante ; ou bien si l’un de nous percevait une excitation visuelle comme rouge, si l’autre la percevait comme bleue et si même, pour un troisième, c’était une excitation auditive, personne ne dirait que la nature est ainsi réglée par des lois, mais on ne la concevrait au contraire que comme une construction hautement subjective. Ensuite : qu’est-ce d’ailleurs pour nous qu’une loi de la nature ? Elle ne nous est pas connue en soi, mais seulement dans ses effets, c’est-à-dire dans ses relations à d’autres lois de la nature qui, à leur tour, ne nous sont connues qu’entant que relations. Donc toutes ces relations ne font jamais que renvoyer les unes aux autres et nous sont absolument incompréhensibles quant à leur essence. Seul ce que nous y mettons, le temps et l’espace, c’est-à-dire des rapports de successions et des nombres, nous en est réellement connu. Mais tout ce qui précisément nous étonne dans les lois de la nature, qui réclame notre analyse et qui pourrait nous porter à la méfiance envers cet idéalisme, ne réside précisément que dans la seule rigueur mathématique, dans la seule inviolabilité des représentations du temps et de l’espace, et pas ailleurs. Or nous produisons celles-ci en nous et nous les projetons hors de nous selon la même nécessité qui pousse l’araignée à tisser sa toile. Si nous sommes contraints à ne concevoir toutes choses que sous de telles formes, il n’y a plus rien alors d’étonnant à ce que nous ne saisissions vraiment dans les choses que justement ces mêmes formes. En effet, elles impliquent toutes nécessairement les lois du nombre, et le nombre est justement ce qu’il y a de plus étonnant dans les choses. Toute présence de lois qui nous en impose tant, dans le cours des astres et dans le processus chimique, coïncide au fond avec ces propriétés que nous adjoignons nous-mêmes aux choses de telle sorte qu’ainsi nous nous en imposons à nous-mêmes. Il en résulte sans aucun doute que cette création artistique de métaphores, qui marque en nous l’origine de toute perception, présuppose déjà ces formes où par voie de conséquence elle s’effectue. C’est seulement la persistance immuable de ces formes originelles qui explique la possibilité qui permettra ensuite de construire un édifice conceptuel en s’appuyant à nouveau sur les métaphores elles-mêmes. Cet édifice est en effet une réplique des rapports de temps, d’espace et de nombre, reconstruite sur la base des métaphores[8].

 

Comme nous l’avons vu, c’est à l’origine le langage qui travaille à l’élaboration des concepts, et plus tard la science. Comme l’abeille qui construit les cellules de sa ruche et les remplit aussitôt de miel, la science travaille sans relâche à ce grand columbarium des concepts, au cimetière des intuitions, construit sans arrêt de nouveaux étages plus élevés, étaye, nettoie et rénove les vieilles cellules et surtout s’efforce de remplir ce colombage surélevé jusqu’à la démesure, et d’y faire rentrer pour l’y ranger la totalité du monde empirique, c’est-à-dire le monde anthropomorphique. Tandis que l’homme d’action en vient à lier son existence à la raison et à ses concepts afin de ne pas être emporté et de ne pas se perdre lui-même, le chercheur construit sa hutte au pied de la tour de la science pour pouvoir aider à sa construction et trouver lui-même protection sous le bastion qui est déjà construit. Il a en effet besoin de protection car il existe de redoutables puissances qui l’envahissent continuellement et qui opposent à la vérité scientifique des « vérités » d’un tout autre genre sous les enseignes les plus diverses.

Cet instinct qui pousse à créer des métaphores, cet instinct fondamental de l’homme, dont on ne peut pas ne pas tenir compte un seul instant, car en agissant ainsi on ne tiendrait plus compte de l’homme lui-même, n’est pas soumis à la vérité et il est à peine maîtrisé dans la mesure où sur la base de ses productions évanescentes, les concepts, est bâti un nouveau monde régulier et résistant qui se dresse face à lui comme un château fort. Il cherche un nouveau domaine et un autre bief à son activité ; il les trouve dans le mythe et de façon générale dans l’art. Il bouscule continuellement les rubriques et les cellules des concepts en instaurant de nouvelles transpositions, de nouvelles métaphores et de nouvelles métonymies ; continuellement il manifeste son désir de donner au monde tel qu’il est aux yeux de l’homme éveillé, si divers, irrégulier, vain, incohérent, une forme toujours neuve et pleine de charme, semblable à celle du monde onirique. En soi, l’homme éveillé n’a conscience de son état de veille que grâce à la trame des concepts, et en arrive pour cette raison même à croire qu’il rêve une fois que l’art a déchiré cette trame conceptuelle. Pascal a raison lorsqu’il affirme que, si nous faisions chaque nuit le même rêve, nous en serions préoccupés autant que des choses que nous voyons chaque jour : « Si un artisan était certain de rêver chaque nuit pendant douze heures pleines qu’il est un roi, je crois, dit Pascal, qu’il serait presque aussi heureux qu’un roi qui chaque nuit rêverait douze heures durant qu’il est un artisan[9]. » Grâce au miracle qui se produit continuellement, tel que le conçoit le mythe, l’état de veille d’un peuple stimulé par le mythe, comme par exemple les anciens Grecs, est en fait plus analogue au rêve qu’au monde éveillé du penseur dégrisé par la science. Dès que tout arbre peut parler comme une nymphe ou lorsque, sous le masque d’un taureau, un dieu peut enlever des vierges, lorsqu’on se met subitement à voir la déesse Athéna elle-même, en compagnie de Pisistrate et traversant le marché d’Athènes sur un bel attelage – et cela l’honnête Athénien croyait le voir – tout devient possible, dès cet instant, comme en un rêve, et toute la nature entoure l’homme d’une ronde étourdissante, comme si elle n’était qu’une mascarade des dieux qui ne se feraient qu’un jeu de mystifier les hommes à travers toutes les formes des choses.

Mais l’homme lui-même a une invincible tendance à se laisser tromper, et il est comme ensorcelé par le bonheur lorsque le rhapsode lui récite comme s’ils étaient vrais des contes épiques ou lorsqu’un acteur jouant le rôle d’un roi se montre plus royal sur scène qu’un roi dans la réalité. L’intellect, en maître de la dissimulation, est libre et déchargé du travail d’esclave qu’il fournit d’ordinaire aussi longtemps qu’il peut tromper sans porter de préjudice ; il fête alors ses Saturnales et il n’est jamais plus exubérant, plus riche, plus fier, plus leste et plus audacieux. Avec un plaisir de créateur, il jette les métaphores pêle-mêle et déplace les bornes de l’abstraction au point qu’il désigne le fleuve comme le chemin mouvant qui porte l’homme là où il se rend d’ordinaire. Il s’est alors débarrassé du signe de la servitude : occupé habituellement par la sombre tâche d’indiquer à un pauvre individu gui aspire à l’existence le chemin et les moyens d’y parvenir, extorquant au service de son maître la proie et le butin, il est devenu maintenant le maître et peut effacer de son visage l’expression de l’indigence. Et tout ce qu’il fait désormais, comparé à la manière dont il agissait auparavant, implique la dissimulation comme ce qu’il faisait auparavant impliquait la difformité. Il contrefait la vie de l’homme mais la tient pour une bonne chose et semble s’en montrer vraiment satisfait. Cette charpente et ce plancher gigantesque des concepts, auxquels l’homme nécessiteux se cramponne durant sa vie et ainsi se sauve, n’est plus pour l’intellect libéré qu’un échafaudage et qu’un jouet pour ses œuvres d’art les plus audacieuses ; et lorsqu’il le casse, le met en pièces et le reconstruit en assemblant ironiquement les pièces les plus disparates et en séparant les pièces qui s’imbriquent le mieux, il révèle qu’il se passe fort bien de cet expédient qu’est l’indigence, et qu’il n’est plus désormais guidé par des concepts, mais par des intuitions. Aucun chemin régulier ne mène de ces intuitions au pays des schèmes fantomatiques, au pays des abstractions : pour elles le mot n’a pas encore été forgé, l’homme devient muet quand il les voit ou ne parle que par métaphores interdites et enchaînements conceptuels inouïs jusqu’alors pour répondre de façon créatrice à l’impression que fait la puissance de l’intuition présente, au moins par la dérision et par la destruction des vieilles barrières conceptuelles.

Il y a des époques où l’homme rationnel et l’homme intuitif se tiennent côte à côte, l’un dans la peur de l’intuition, l’autre dans le mépris de l’abstraction, et ce dernier est tout aussi irrationnel que le premier est insensible à l’art. Tous deux ont le désir de dominer la vie : le premier en sachant répondre aux nécessités les plus impérieuses par la prévoyance, l’ingéniosité, la régularité ; l’autre, « héros débordant de joie », en ne voyant pas ces mêmes nécessités et en ne tenant pour réelle que la vie déguisée sous l’apparence et la beauté. Là où l’homme intuitif, un peu comme dans la Grèce antique, porte ses coups avec plus de force et de succès que son adversaire, une civilisation peut se former sous des auspices favorables, et la domination de l’art sur la vie peut s’y établir. Cette dissimulation, ce refus de l’indigence, cet éclat des intuitions métaphoriques[10] et surtout cette immédiateté de l’illusion accom­pagnent toutes les manifestations d’une telle existence. Ni l’habitation ni la démarche ni le costume ni la cruche d’argile ne révèlent que c’est la nécessité qui les a créés : il semble qu’en eux devaient s’exprimer un bonheur sublime et une sérénité olympienne, en quelque sorte un jeu avec le sérieux. Tandis que l’homme guidé par des concepts et des abstractions ne les utilise que pour se protéger du malheur sans même extorquer à son profit quelque bonheur de ces abstractions ; et tandis qu’il s’efforce d’être libéré le plus possible de ses souffrances, l’homme intuitif, établi au sein d’une civilisation, récolte déjà, outre la protection contre le malheur, un éclairement, un épanouissement et une rédemption qui toujours abondent, fruits de ses intuitions. Il est vrai qu’il souffre plus violemment quand il souffre, et il souffre même le plus souvent parce qu’il ne sait pas tirer de leçon de l’expérience et qu’il retombe toujours dans la même ornière où il est déjà tombé. Il est donc aussi déraisonnable dans la souffrance que dans le bonheur, il s’égosille sans obtenir aucune consolation. Combien est différente, au sein d’un destin tout aussi funeste, l’attitude de l’homme stoïque, instruit par l’expérience et maure de soi grâce aux concepts ! Lui qui d’ordinaire ne cherche que la sincérité, la vérité, ne cherche qu’à s’affranchir de l’illusion et qu’à se protéger contre des surprises envoûtantes, lui qui fait preuve, dans le malheur, d’un chef-d’œuvre de dissimulation, comme l’homme intuitif dans le bonheur : il n’a plus ce visage humain tressaillant et bouleversé, mais porte en quelque sorte un masque d’une admirable symétrie de traits ; il ne crie pas et n’altère en rien le ton de sa voix. Lorsqu’une bonne averse s’abat sur lui, il s’enveloppe dans son manteau et s’éloigne à pas lents sous la pluie[11].

——————————————————–

[1]. La première version de ce passage se retrouve en CP1 (La pas­sion de la vérité) ; (NdT).

[2]. sur son action et sa pensée] « rien que sur son action » (Mp XII 4).

[3]. Le fils de Lessing est mort deux jours après sa naissance.

[4]. Il est ici fait allusion (comme également supra) à la théorie schopenhauérienne bien connue : cf. A. Schopenhauer, Sämtliche Werke (éd. Frauenstädt-Hübscher), II, 179-181, 207-208 ; III, 229, 284, 315-316, 322-323, 738 ; IV, 48-50, 69-78 ; V, 276 ; VI, 49.

[5]. Cf. Schopenhauer, op. cit., III, 119. E. Chladni (1756-1824) physicien et acousticien allemand.

[6]. Cf. Aristophane, Les Oiseaux, v. 819 ; littéralement : « Coucou­-les-nuages-ville. »

[7]. rappeler en quelque sorte] : « correspondre à » (Mp XII 4).

[8]. Continuation en Mp XII 4 : « L’espace sans contenu, le temps sans contenu, sont toujours des représentations possibles : tout concept, c’est-à-dire une métaphore sans contenu, est une intuition a posteriori de ces premières représentations. Temps, espace et cau­salité, puis l’imagination originelle des transpositions en images : le premier donne la matière, le second les qualités auxquelles nous croyons. Exemple de la musique. Comment peut-on parler d’elle ? »

[9]. Cf. Pascal, Les Pensées (éd. Brunschvicg) VI, 386.

[10]. et la domination… métaphoriques] « c’est-à-dire le souveraineté de l’art sur la vie : jusque dans les plus viles manifestations de la vie et jusque dans les toutes-puissantes » (Mp XII 4).

[11]. Projet de continuation en Mp XII 4 : « Pour tous deux la vérité sans conséquence est de la même façon indifférente : le philo­sophe apparaît comme prodigieux. Le philosophe comme anomalie. Donc comme promeneur solitaire. Donc au fond un hasard au sein d’un peuple ? Lorsqu’il se tourne contre la civilisation, alors il détruit. Démontrer que les philosophes grecs ne sont pas grecs par hasard. »

Sobre veritat i mentida, de F. Nietzsche

dimecres, 6/06/2018

Resum: Sobre veritat i mentida en sentit extramoral de F. Nietzsche

 

1. Nietzsche comença la narració a la manera d’una faula, mite o paràbola irònica. Ens parla d’un suposat món (en realitat no tan suposat) on certs animals inventaren el coneixement i, per això, es cregueren una mica especials. El que pretén fer-nos entendre és que allò del qual els éssers humans ens sentim tan orgullosos, la nostra intel•ligència està basada en una falsa creença. És fals que nosaltres puguem arribar a conèixer la realitat sobre les coses: el coneixement és un invent nostre “animals llestos inventarem el coneixement” per a poder sobreviure.
El problema de l’home és que es creu un ésser especial dins del cosmos pel fet de posseir la capacitat de raciocini. Cau, així, en un complet antropocentrisme que el du a creure’s el centre de tot. Però, com diu Nietzsche, si poguéssim parlar amb un mosquit veuríem que també ell té el mateix sentiment (pathos) i que en la seva peculiar visió de l’univers també es considera ell mateix com l’eix principal a l’entorn del qual tot gira.
2. Presenta una idea que desenvoluparà en el paràgraf següent: el coneixement és el recurs que utilitza l’ésser més dèbil de la natura (l’ésser humà) per subsistir. La intel•ligència i el coneixement, de què estem tan orgullosos, són els causants de l’enganyosa concepció que tenim de la vida, de la falsa imatge que ens hem creat d’aquesta.
Com a curiositat es podria citar la referència que fa Nietzsche al fill de Lessing, mostra del peculiar caràcter i l’estrany sentit de l’humor que té. Lessing fou un literat alemany el fill del qual morí l’endemà de néixer. D’aquí que ens digui que fugí tan ràpidament de l’existència.
3. L’ésser humà com és dèbil per natura ha de fingir per a sobreviure, ha de mentir. Per primera vegada en el text apareixen veritat i mentida com dos pols oposats. Tot i això s’ha de distingir entre dos sentits diferents d’aquests dos conceptes. Un és el sentit moral: la mentida és l’acte d’ocultar-nos davant dels altres amb l’ànim d’enganyar-los per treure’n algun profit. Un altre és el sentit extramoral, pel qual Nietzsche s’interessa molt més. Aquest sentit reflecteix la incapacitat humana per accedir al coneixement autèntic de la realitat a causa de la seva constitució física que determina la manera com percep les coses. Al dir: “!Què sap l’ésser humà d’ell mateix!” Nietzsche s’oposa a la màxima socràtica del “coneix-te tu mateix”. No podem conèixer la realitat ni a nosaltres mateixos.
El desconeixement d’un mateix resulta beneficiós a l’ésser gregari perquè l’impedeix conèixer l’autèntic caràcter de la seva naturalesa: la d’ésser cruel i malvat. No queda, doncs, ja lloc per al bon salvatge de què parla Rousseau. L’home és com un tigre.
4. La intel·ligència té un paper molt important en la socialització humana. Ajuda a fer realitat el desig humà de viure en societat. Amb ella estableix un tractat de Pau (idea més propera a Hobbes que al contracte social de Rousseau). El problema és que amb aquest pacte els humans també estableixen d’una manera convencional què és la veritat. A partir d’aquest moment, doncs, es considerarà vertader allò que queda legitimat pel llenguatge. El llenguatge té, d’aquesta manera, un importantíssim paper en l’establiment de la “veritat” social, ja que l’ús d’una paraula o una altra donarà al nostre pensament el caràcter de vertader o fals. La mentida consistirà en no utilitzar convenientment les paraules segons s’ha establert socialment.
Nietzsche també fa una crítica a la noció de veritat considerada tradicionalment com a vàlida: la veritat com a correspondència. Segons aquesta, una proposició serà vertadera si es correspon amb els fets descrits, en cas contrari serà falsa. Però per a Nietzsche, aquesta noció és falsa, perquè la veritat no és més que una ficció, una convenció establerta pels éssers humans per a poder entendre’s i poder conèixer la realitat.
5. El llenguatge és una convenció que deforma i amaga l’autèntica realitat. El que succeeix és que ens oblidem del pacte inicial i pensem que hi ha una coincidència entre les coses i les paraules. El suposat impuls cap a la veritat que els homes manifestem a través del llenguatge parteix d’una base errònia. Una prova d’això és el procés de formació de les paraules:
Realitat canviant – Estímul nerviós – Imatge – Paraula – Metàfora
Al llarg de tot aquest procés l’experiència originària va passant per una sèrie d’intermediaris que van modificant-la. El llenguatge transforma la realitat originària i l’expressa d’una manera metafòrica. Tot seguit posa alguns exemples.
La teoria de Nietzsche ens condueix cap a un cert escepticisme: tota especulació i tota pretensió de veritat són negades, ja que es recolzen en un llenguatge (llenguatge i pensament no poden existir per separat). Però, aleshores Nietzsche s’adona que ell també està utilitzant en llenguatge que tant critica per a comunicar les seves idees…
6-7. Continua insistint en el procés de formació dels conceptes. Critica el pensament platònic i la teoria de les idees: no hi ha una idea d’“honradesa” a la qual tracten d’imitar com a còpies imperfectes els actes que qualifiquem d’honrats. Només hi ha una sèrie d’accions diferents entre elles que, d’una manera injustificada, denominem de la mateixa manera. Nietzsche reivindica allò individual i allò diferent perquè és allò real, encara que resulti inaccessible per al llenguatge. Tot i això, s’adona que segueix utilitzant el llenguatge per a demostrar-ho i accepta la contradicció, perquè és impossible demostrar el contrari (també hauríem d’utilitzar el llenguatge).
8. La “veritat és una creació social establerta mitjançant una convenció que l’ús i el costum han fet que acabem adoptant com una norma inviolable. La veritat, en el fons, no és més que una il•lusió, una ficció, una creació humana. Però hem oblidat que nosaltres hem estat els seus creadors i acabem convertint-nos en esclaus dels conceptes. La conclusió no és que Nietzsche menyspreï el llenguatge i el seu creador, tot el contrari, admira la capacitat constructiva i la inventiva d’aquest ésser que ha estat capaç d’alçar un edifici tan complicat com és el llenguatge i mostra la capacitat que tenim de dominació sobre la natura. Però aquest llenguatge descansa sobre uns fonaments tan inestables com les teranyines. Per això, el llenguatge (amb els seus conceptes estàtics) ens allunya de l’autèntica realitat (canvi, moviment, dinamisme). El llenguatge és el resultat d’un procés d’antropomorfització.
9. Els éssers humans només podem viure segurs en la realitat deformant-la, modelant-la segons els nostres interessos. Hem d’éssers conscients que uns altres éssers vius perceben la realitat d’una altra manera i capta colors i sons que ens són inaccessibles. No té sentit preguntar-se qui té la percepció correcta, perquè no hi ha cap criteri per dir que una perspectiva és millor que una altre. El mateix succeeix amb els diferents éssers humans, cadascun té una percepció de la realitat i l’entén des d’una perspectiva diferent. Així doncs, ni tan sols la percepció sensorial ens pot mostrar mai l’autèntica realitat, sinó una realitat ja deformada. Allò que passa és que en repetir-se una vegada i una altra la mateixa percepció en presència d’un mateix estímul tendim a establir associacions, però aquest és un raonament erroni similar a l’utilitzat en els processos inductius. Per molt que una metàfora es repeteixi no per això deixarà de ser una metàfora.
10. No podem accedir a l’autèntica realitat, perquè nosaltres sempre en fem una interpretació. D’on prové, doncs, l’impuls a la veritat? Per què n’hi ha que creuen en el rigor de la ciència? Perquè se suposa que aquesta desvela l’existència d’unes lleis de la natura que en reflecteixen d’una manera perfecta el funcionament. De fet, segons Nietzsche, aquestes lleis expressen en realitat la manera com nosaltres percebem la naturalesa. Les lleis tenen un caràcter subjectiu. Els conceptes que utilitzem per descriure-les són metàfores. Aquestes lleis de la natura només expressen la perspectiva des de la qual nosaltres, d’una manera completament subjectiva, interpretem la realitat.
11. La ciència i el treball científic representen un pas més en l’allunyament de la realitat, perquè crea tot un entramat de relacions fictícies entre diferents conceptes, igual que les abelles reomplen les bresques (metàfora dels conceptes lingüístics) fixant la realitat. La suposada veritat científica no és més que una entre altres moltes veritats, totes elles igualment vàlides. Mitjançant la creació d’un món fet a la seva imatge, i que obliga als altres a compartir, el científic pretén protegir-se del caos que és la realitat, i obtenir un sentiment de seguretat.
12. L’ésser humà és un creador de metàfores per naturalesa, perquè sense elles no hagués pogut subsistir. També s’estén a l’art. El món de l’art i el dels somnis guarden un alt nombre de similituds, ja que en ambdós capgirem l’ordre de les coses que la ciència ens ha ensenyat a acceptar com a normal. En ells, creem metàfores noves o canviem i barregem el significat de les que havíem aprés a utilitzar d’una única manera.
13-14. L’home té una tendència inevitable a deixar-se enganyar. L’art significa dur a l’últim extrem aquest afany per deixar-se enganyar. En l’art l’home es converteix en amo de les coses, en senyor, perquè crea sense límits ni barreres tot jugant amb els conceptes.
Tot seguit estableix una distinció entre l’home racional i l’home intuïtiu. El primer representa el científic, però també la majoria dels éssers humans que actuem d’acord amb les normes, lleis i conceptes convencionalment acceptats com a vàlids en la nostra societat. No es qüestiona l’origen ni la validesa dels conceptes. L’home racional es defineix per la precisió, la prudència i la regularitat. L’identifica amb l’estoic que es resigna davant la vida.
En canvi l’home intuïtiu representa l’artista que fa ús de les seves intuïcions i juga amb aquestes destruint i transformant els conceptes dels quals l’home racional es mostra tan orgullós. Per Nietzsche els conceptes són inferiors a les intuïcions. Intuïció i abstracció són enemics racionals. L’home intuïtiu frueix de la creació i viu amb major intensitat els seus sentiments. Per això domina la vida, perquè la viu i la sent d’una manera molt més intensa que el previsor i cerebral home racional dominat pels conceptes rígids i freds.

———————————

Publicat a http://www.infofilosofia.info/   el 25 d’agost del 2013

Aldous Huxley, cites

dimarts , 5/06/2018

There are things known and there are things unknown, and in between are the doors of perception.

Aldous Huxley

 

 

“Facts don’t cease to exist just because they are ignored”.

Aldous Huxley