Jardins

On dirait que la vie s’écoule plus facilement
dans ces jardins à l’intimité préservée :
des taches d’herbe humide forment une île
verte au milieu des embarras de la ville ;
soleil et pluie les ont baignés année après année ;
elles sont maintenant un manteau de velours
sur lequel tout semble devoir glisser,
délice suave, à l’ombre de grands arbres,
parfaites sentinelles de leur propre bien-être.

Mais jamais nous ne pouvons y accéder,
nous ne les voyons que de la grille
qui les sépare du dehors.
Ils nous sont étrangers, d’emblée nous les croyons
paradis privés d’êtres plus chanceux.
À force de les voir toujours déserts, intacts,
resplendissants,
un jour, pourtant, nous comprenons que, loin d’être habités,
les paradis ne sont faits que pour être convoités :
par contre y marcher ce serait les détruire.
 ———————–

Sembla com si la vida llisqués més fàcilment
en aquests jardins de preservada intimitat:
claps d’humida gespa formen una illa
de verdor en ple traüt de la ciutat;
sol i pluja els han banyat anys i més anys
i són ara un vellutat mantell
per on sembla que tot hagi de lliscar
amb suau delícia, a l’ombra de grans arbres,
perfectes sentinelles d’aquest seu benésser.

Peró mai no ens és donat d’accedir-hi
i veiem sempre aquests jardins
des de la tanca que els separa de fora:
aliens a nosaltres, de primer creiem que són
paradisos privats d’éssers més venturosos.
A força de veure’ls sempre deserts, intactes
i esplendents,
algun dia entenem, peró, que, lluny d’habitar-se,
els paradisos són per ser sols cobejats:
petjar-los, en canvi, fóra destruir-los a l’acte.

——-

Álex Susanna, Les cernes du temps

Comenta

*

(*) Camps obligatoris

L'enviament de comentaris implica l'acceptació de les normes d'ús