En Pablo no dóna l’abast

Anton Marco | Luxemburg

 

Mentre els partits anti-austeritat continuen guanyant terreny des de Grècia fins a Espanya, la primera revista francesa d’actualitat, l’Obs, ha entrevistat Pablo Iglesias després dels seus recents èxits electorals a Madrid i Barcelona. Xoca llegir entre els titulars “Nous constatons la défaite éclatante du social-libéralisme”. De fet, tot sigui dit, ell ha aconseguit clavar la seva pica a Barcelona i Madrid mercès a partits tan social-lliberals com l’ERC i el PSOE, a menys que ara se’ns despengin els social-lliberals dient-nos que ells no son sòcio-lliberals, que de més verdes n’he vist madurar.

Aquí va un resum de l’entrevista:

 

  • “On nous avait annoncé l’apocalypse lorsque Syriza a gagné les élections mais on constate que le gouvernement a toujours un soutien extrêmement fort de la population, une popularité plus importante qu’aucun autre en Grèce au cours des dernières décennies. Tsipras et les siens mènent des négociations extrêmement difficiles avec l’Eurogroupe, mais contrairement à ce qu’on dit, ils arrivent petit à petit à mettre en œuvre leur programme tout en faisant face à la situation.”
  • “Les sociaux-démocrates en Europe sont en train de se retrouver sans le moindre espace pour gouverner. Ce qui est arrivé lors des dernières élections au Royaume-Uni n’est pas tant la victoire des tories, des conservateurs, que la défaite des travaillistes et de la politique de la « troisième voie” qu’avait incarnée Tony Blair. Nous constatons la défaite éclatante d’une forme de social-libéralisme compatible avec les privatisations et la domination des pouvoirs financiers.”
  • “J’étais quelqu’un qui avait une vie normale, qui se déplaçait dans Madrid à scooter, qui avait un espace pour une vie privée. Et du jour au lendemain, je me suis retrouvé à devoir assumer une notoriété telle qu’elle m’oblige à être accompagné. J’espère que cela ne durera pas toujours. Mais si je reconnais que cela ne me rend pas heureux, je sais que c’est indispensable au vu des responsabilités que j’ai choisi d’endosser.”
  • “Nous attendions des gestes plus courageux, tant de la part du gouvernement français de François Hollande que de la part du gouvernement italien de Matteo Renzi. Je crois qu’ils ont été beaucoup trop timides et, dans le cas de la France, François Hollande pourrait bien être en train de creuser sa propre tombe. D’une certaine façon, c’est ce qu’il a déjà fait en renvoyant les ministres les plus souverainistes de son gouvernement et, d’une certaine manière, sa politique ouvre la voie à une possible victoire du Front National.”

 

Ara ens toca esperar qui pot arribar a durar més, si ell i la sopa de lletres o l’escudella caldosa del socioliberalisme hereu dels Audis8 tunejats -digues-li casta- que avui per avui han de passar ITV o es venen a preu de saldo en el mercat de segona mà. Al tiempo. En tot cas, l’innegable valor d’en Pablito i el seu scooter ha estat, és i vés a saber si serà en el futur, que tan sols les forces del destí coneixen, el d’encarar la fatalitat plantant-li cara:”… faisant  face à la situation” -han transcrit els de l’Obs-. Home coratjós: “je sais que c’est indispensable au vu des responsabilités que j’ai choisi d’endosser“. Fins al punt d’arriscar-se fins el límit de l’agosarament a ultrança: “… dans le cas de la France, François Hollande pourrait bien être en train de creuser sa propre tombe“. Tot un lider, si senyor! En els proxims mesos se li acumularà la feina i ja veurem si és capaç de seguir donant l’abast a totes les esperances que s’han desvetllat.

 

Comenta

*

(*) Camps obligatoris

L'enviament de comentaris implica l'acceptació de les normes d'ús