Les Frères de Catalogne (première partie)

Je vous veux conter la besogne
Des bons frères de Catalogne;
Besogne ou ces frères en Dieu
Témoignèrent en certain lieu
Une charité si fervente,
Que mainte femme en fut contente,
Et crut y gagner Paradis.
:arrow:

Telles gens, par leurs bons avis,
Mettent à bien les jeunes âmes,
Tirent à soi filles et femmes,
Se savent emparer du cœur,
Et dans la vigne du Seigneur
Travaillent ainsi qu’on peut croire.
Et qu’on verra par cette histoire.
Au temps que le sexe vivait
Dans l’ignorance, et ne savait
Gloser encor sur l’Evangile,
(Temps à coter fort difficile)
Un essaim de frères dîmeurs,
Pleins d’appétit et beaux dîneurs,
S’alla jeter dans une ville,
En jeunes beautés très fertile.
Pour des galants, peu s’en trouvait;
De vieux maris, il en plouvait.
A l’abord une confrérie,
Par les bons pères fut bâtie,
Femme était qui n’y courut,
Qui ne s’en mît, et qui ne crut
Par ce moyen être sauvée:
Puis quand leur foi fut éprouvée,
On vint au véritable point ;
Frère André ne marchanda point;
Et leur fit ce beau petit prêche:
Si quelque chose vous empêche
D’aller tout droit en paradis,
C’est d’épargner pour vos maris,
Un bien dont ils n’ont plus que faire,
Quand ils ont pris leur nécessaire;
Sans que jamais il vous ait plu
Nous faire part du superflu.
Vous me direz que notre usage
Répugne aux dons du mariage;
Nous l’avouons, et Dieu merci
Nous n’aurions que voir en ceci,
Sans le soin de vos consciences.
La plus griève des offenses,
C’est d’être ingrate: Dieu l’a dit.
Pour cela Satan fut maudit.
Prenez-y garde; et de vos restes
Rendez grâce aux bontés célestes,
Nous laissant dîmer sur un bien,
Qui ne vous coûte presque rien.
C’est un droit, ô troupe fidèle,
Qui vous témoigne notre zèle;
Droit authentique et bien signé,
Que les papes nous ont donné;
Droit enfin, et non pas aumône:
Toute femme doit en personne
S’en acquitter trois fois le mois
Vers les frères catalanois.
Cela fonde sur l’Ecriture,
Car il n’est bien dans la nature,
(Je le répète, écoutez-moi)
Qui ne subisse cette loi
De reconnaissance et d’hommage:
Or les œuvres du mariage,
Etant un bien, comme savez
Où savoir chacune devez,
Il est clair que dîme en est due.
Cette dîme sera reçue
Selon notre petit pouvoir.
Quelque peine qu’il faille avoir,
Nous la prendrons en patience:
N’en faites point de conscience;
Nous sommes gens qui n’avons pas
Toutes nos aises ici-bas.
Au reste, il est bon qu’on vous dise,
Qu’entre la chair et la chemise
Il faut cacher le bien qu’on fait:
Tout ceci doit être secret,
Pour vos maris et pour tout autre.
Voici trois mots d’un bon apôtre
Qui font à notre intention:
Foi, charité, discrétion.

Jean de La Fontaine (1621 - 1695)

Comenta

*

(*) Camps obligatoris

L'enviament de comentaris implica l'acceptació de les normes d'ús