Disparitions

Yves Lignon, Sud Radio.

 

Le Bataillon Perdu de Norfolk

En Aout 1915, le régiment débarque à Gallipoli, et il se passe un événement très étrange: deux cents hommes disparaissent au combat sans laisser de traces. Au cours des batailles qu’une unité soit sérieusement malmenée avec des pertes nombreuses, cela arrive, mais qu’aucun ne revienne du combat, c’est très inhabituel. Il y a eu plusieurs légendes autour de ce mystère.

Que s’est il passé ?

Le 5 août 1915, deux  bataillons territoriaux  du régiment de Norfolk arrivent  à Mudros sur l’île égéenne de Lemnos. Ils venaient de faire un long voyage depuis Liverpool.  Le 9 août, les troupes sont emmenées par petits bateaux à l’ouest de la péninsule de Gallipoli et ils débarquent le 10 dans la baie de Sulva, au plus fort des combats.

Le débarquement à Gallipoli. Image sur un bloc philatélique du centenaire.

Ils bivouaquent sur la plage. Le lendemain, le 5ème bataillon du Norfolk regiment est rapidement conduit à l’intérieur des terres. Les officiers et les hommes étaient continuellement visés, non seulement par les fusillades venant des lignes d’infanterie turques, mais aussi par leurs tireurs d’élite dissimulés dans les broussailles et les rochers.

Dans la presqu’île, le climat est très chaud le jour mais il gèle la nuit. Les hommes souffraient déjà de dysenterie et des effets secondaires des comprimés de mal de mer administrés pendant le voyage. L’eau manque terriblement.

Le 12 août, deux jours après leur arrivée dans cette terre aride et hostile, le 5ème Bataillon est informé qu’il allait attaquer cet après-midi-là. Les ordres sont confus. Certains pensent que le plan consiste à chasser les turcs de positions avancées en prévision de l’assaut britannique principal. D’autres croient que leur cible est le village d’Anafarta Saga sur la crête devant eux. Les officiers ont reçu des cartes, qui parfois ne couvrent même pas la zone qu’ils sont censés attaquer.

Ayant souffert sous le soleil brûlant toute la journée, les troupes totalement inexpérimentées avaient soif et maintenant, elles devaient lancer une attaque sur un ennemi bien armé, connaissant parfaitement le terrain, ceci en plein jour et avec peu de couverture.

À 16h15, les Norfolks ont commencent à avancer, menés par le colonel Beauchamp. Même s’ils sont encore à deux kilomètres de la ligne de défense turque l’ordre est donné de fixer les baïonnettes et d’avancer au pas de gymnastique.

Une attaque britannique à Gallipoli.

 Le massacre a commence immédiatement:  l’artillerie turque vise l’avancée des soldats britanniques. Au moment où les Norfolks atteignent  les lignes ennemies, ils sont déjà épuisés.

Une bataille désespérée s’ensuit, des officiers et des hommes sont abattus par des tireurs d’élite cachés dans les arbres. Au milieu de l’effusion de sang, le colonel Beauchamp continue à avancer à travers un bois vers les principales positions des Turcs, menant une troupe de 16 officiers et 250 hommes. Un nuage de fumée et de poussière, causé par les bombardements couvre le bois.

Finalement, le colonel est repéré, debout avec un autre officier dans une ferme de l’autre côté du bois. ‘Maintenant les garçons, cria-t-il, nous avons le village. Tenons-le’. C’est la dernière fois que quelqu’un voit ou entend Beauchamp et ses hommes. Ils ont tous disparu, au milieu de la fumée et des tirs, pour ne plus jamais être revus.

Plusieurs de ces hommes venaient du domaine royal de Sandringham et la famille royale connaissaient plusieurs des disparus. Aussi elle s’est inquiété de leur disparition. On ne pouvait leur répondre que ‘disparus’.

Après guerre, une enquête a été mené et a permis de retrouver des corps des soldats du Norfolk régiment aux environs de l’endroit ou avait eu lieu l’attaque. Très peu ont été identifiés. Cela n’a pas complètement dissipé le mystère et des théories ont vu le jour…

 

CONEIXENÇA f. 
Acte i efecte de conèixer; cast. conocimiento. Especialment:

|| 3. Facultat de jutjar i decidir una qüestió.

Comenta

*

(*) Camps obligatoris

L'enviament de comentaris implica l'acceptació de les normes d'ús