Maryam a la ciutat fèrtil

Aujourd’hui matin, comme chaque jour, je me suis dirigée au Marché Marocain pour acheter des légumes qu’après je revends à ma boutique du Marché Lehmoum. Jem’appelle Maryam et je suis originaire de Kankousa (Asaba). J’habite avec mes quatre enfants à Mellah secteur 4 (Toujounine) depuis 2003-2004, quand l’État m’a donné un terrain en propriété suite au recasement de l’ancien quartier de Mellah.

Vers 16h je suis rentré à la maison. Je reste un peu avec mes enfants et puis je prépare du bon cous-cous, que je vends assise sous l’ombre d’un arbre qui a poussé entre le goudron et une boutique.

Le soir je rentre à la maison. Les enfants dorment déjà. Déjà au lit, je réfléchis … chaque jour je dépense minimum 600 UM en transport. Et le pire est tout le temps que je perds pour me déplacer d’un point vers l’autre de la ville. Avant de fermer les yeux l’image de l’arbre où je vend le cous-cous me vient à la tête… il est apparu quelques mois après avoir entendu au marché que le projet Aftout Sahelie avait été mis en place à Nouakchott. A-t-il quelque chose à voir ?

2016

Ma vie s’est améliorée. Maintenant à Mellah 4 il y a un jardin potager de quartier. On a décidé où le placer avec la concertation de la population. Tous les habitants qui l’estiment convenable peuvent s’inscrire à la liste d’usagers. J’ai eu de la chance et j’ai été choisie parmi tous ceux qui ont postulé. Je peux cultiver mes légumes et les vendre sur le marché du quartier. Je ne suis plus obligée à faire de longs déplacements. Je dispose de plus de temps pour m’occuper des enfants et de la maison. Cela a permis à ma fille de reprendre l’école. De plus, bien que je doive payer une location modique à la Commune afin de pouvoir travailler ma parcelle, j’ai une marge de bénéfice majeur puisqu’elle n’a pas à acheter la marchandise aux intermédiaires et, de plus, j’ai réduit beaucoup de frais de transport.
Mes deux fils petits jouent dans les places qui ont été générées à l’intérieur des poteaux bleus. Là-bas ils se sentent bien protégés, les voitures ne peuvent pas les renverser et, grâce à l’ombre des arbres, c’est un espace frais.

Néanmoins, je continue à réfléchir. En même temps que les parcs à l’intérieur des poteaux bleus, la mairie de la Commune a aménagé un carré près de chez moi. À l’intérieur j’y ai réparé des potagers, des arbustes, des arbres… je suis bien intriguée. Qu’est-ce que ça doit être ?

2030

Mes enfants ont grandi. Les deux aînés travaillent, tandis que les deux petits sont au lycée. J’habite toujours à Mellah 4, d’où je n’ai pas déménagé car je m’y sens à l’aise et que je pense que c’est un bon quartier.

De temps en temps je reçois mes amis. « Venez à la maison, juste derrière de la zone des eucalyptus ». Ah oui, maintenant il y a plein d’arbres à côté du goudron, de sorte que les habitants peuvent en profiter l’ombre. Vous vous demandez peut-être d’où sont sortis ces arbres… c’est le produit des carrés aménagés par la Commune ! C’était une pépinière, et en fait elle continue à l’être pour procurer des arbres pour toute la ville.

Les arbres ont poussé aussi dans le parc site à l’intérieur des poteaux bleus. Maintenant, en plus d’un espace de détente, il y a à son intérieur un jardin d’enfants ainsi qu’une petite mosquée.

Comenta

*

(*) Camps obligatoris

L'enviament de comentaris implica l'acceptació de les normes d'ús